Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2014-06-25T10:13:32+02:00

J - 2 Amour et mariage

Publié par Anna Lyra

Si nous disions quelques mots au sujet de l'amour et du mariage ?

Au XVIème siècle en France, mariage rime moins que jamais avec amour. Sous les règnes de François Ier et Henri II, les lois se durcissent et interdisent totalement le mariage échappant au contrôle des parents : l'union est avant tout celle de deux familles, dûment approuvée par les deux pères et par les lois du royaume. On ne rigole pas avec la loi...

L'âge légal du mariage est de 14 ans pour les garçons, 12 ans pour les filles ; mais il doivent attendre d'avoir dépassé la trentaine pour ne plus nécessiter qu'une vague approbation de leurs parents, et non une autorisation en bonne et due forme !

Paradoxalement, ou peut-être à cause même de cette sévérité, la Renaissance est la période où l'on célèbre le plus l'amour (et non le mariage, vous suivez ?^^), dans les hautes sphères de la bourgeoisie du moins. Dans les arts et dans les faits, l'amour se trouve hors mariage jusqu'à devenir une obsession et on assiste alors à la naissance de la galanterie : les femmes sont célébrées, honorées, aimées...

Et les hommes apprennent à les courtiser.

Faire la cour devient tout un art. L'amoureux doit user de toute sa subtilité pour gagner le cœur et l'estime de la dame de ses pensées. Inversement, une femme peut également rechercher le flirt (qui, au passage, vient du français "conter fleurette"^^) en-dehors du mariage. Courtiser devient quasiment un exercice sportif, car obtenir enfin les faveurs de sa dame à force de douceurs et de ruses est un succès honorable.

Les poèmes de l'époque (dont ceux de Ronsard, que lit Marguerite dans mon roman) glorifient autant l'attachement du cœur que la passion et l'amour physique. L'heure n'est plus à la pruderie, et la nudité du corps n'est plus un tabou ; la cour de France, sous l'influence italienne introduite par Catherine de Médicis, n'est d'ailleurs pas exempte d'orgies ni de viols... Le terme "amour" ne concerne alors que la cour et la "drague", pas l'acte physique lui-même.

Bref, une société bien paradoxale face à l'amour, donc, que celle du XVIème siècle français !

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Zahardonia 25/06/2014 14:35

A cette époque, Montaigne disait que les épouses devaient être vue comme des confidentes, des amies chères et précieuses et que les passions devaient se consumer dans les bras d'une maîtresse car les passions étaient destructrices et passagères.

Merci ! :)

Anna 25/06/2014 14:54

La bonne excuse ! XD Merci pour l'anecdote, je ne connaissais pas ça sur Montaigne.

DD09 25/06/2014 13:15

Hé bé !

Anna 25/06/2014 14:06

J'étais surprise d'apprendre tout ça, moi aussi... Quelle époque ! ;)

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog